Epilepsie

Définition et symptômes :

 

L’épilepsie est une maladie neurologique qui se caractérise par un fonctionnement anormal de l’activité du cerveau. Elle se traduit par la répétition de crises imprévisibles et souvent très brèves. Ces crises peuvent prendre différentes formes et varier en intensité. La plupart des gens résument l’épilepsie à l’une de ses manifestations la plus spectaculaire, appelée la crise tonic-clonique et qui se traduit par des convulsions.

Les crises d’épilepsie résultent d’une activité excessive d’un groupe plus ou moins important de cellules nerveuses cérébrales, provoquant l’équivalent d’un court-circuit entre les neurones.

Noter que : les crises doivent se répéter pour qu’il s’agisse d’épilepsie. Ainsi, avoir eu une seule crise de convulsions dans sa vie ne signifie pas que l’on soit épileptique.  Il en faut au moins deux pour qu’un diagnostic d’épilepsie soit posé. Une crise d’épilepsie peut apparaître dans plusieurs circonstances : un traumatisme crânien, une méningite, un accident vasculaire cérébral, un surdosage médicamenteux, un sevrage à une drogue, etc.

 

Les causes :

Dans environ 60 % des cas, les médecins ne sont pas en mesure de déterminer la cause exacte des crises. On suppose qu’environ 10 % à 15 % de l’ensemble des cas aurait une composante héréditaire puisque l’épilepsie semble plus répandue dans certaines familles. Les chercheurs ont lié certains types d’épilepsie au mauvais fonctionnement de plusieurs gènes. Pour la plupart des malades, les gènes ne constituent qu’une partie de la cause de l’épilepsie. Certains gènes peuvent rendre une personne plus sensible aux conditions environnementales qui déclenchent des convulsions.

L’épilepsie peut être due à une tumeur cérébrale, une séquelle d’un accident vasculaire cérébral ou d’un autre traumatisme au cerveau. En effet, une cicatrice peut se former dans le cortex cérébral, par exemple, et modifier l’activité des neurones. Précisons que plusieurs années peuvent s’écouler entre l’accident et l’apparition de l’épilepsie. Et rappelons que pour qu’il y ait épilepsie, les crises de convulsion doivent survenir à répétition et non une seule fois. L’accident vasculaire cérébral est la principale cause d’épilepsie chez les adultes de plus de 35 ans.

Ainsi il existe 3 catégories d’épilepsie :
– les épilepsies secondaires ou symptomatiques, liées à une lésion cérébrale (malformation congénitale, traumatisme crânien, AVC, tumeur cérébrale…) ;
– les épilepsies idiopathiques (souvent liées à une prédisposition génétique) ;
– les épilepsies cryogéniques dont la cause reste inconnue (des lésions qui ne peuvent pas être mises en évidence avec les moyens médicaux sont suspectées).

L’épilepsie peut concerner toutes les tranches d’âges mais, le plus souvent, elle touche les enfants, les adolescents et les personnes âgées.

 

Ce qu’on doit faire en cas de crise d’épilepsie :

Les crises peuvent être impressionnantes pour les témoins. Si la crise s’accompagne de convulsions, il est recommandé de garder son calme et d’effectuer certains gestes :
– allonger la personne et la placer en position latérale de sécurité dès que possible ;
– protéger la tête de la personne en crise contre d’éventuelles blessures ;
– ne pas empêcher ses mouvements ;
– ne rien mettre dans sa bouche ;
– rester avec la personne jusqu’à la fin de la crise et la réconforter.

Il est nécessaire d’appeler les secours si les crises se succèdent et si la personne a des difficultés à respirer.

 

Les conséquences :

Les crises d’épilepsies très longues ou très rapprochées peuvent provoquer des lésions neurologiques et mettre en jeu le pronostic vital. Le plus grand risque des crises est de provoquer un accident (noyade, chute, électrocution). L’épilepsie est également une maladie qui peut avoir des conséquences négatives sur la qualité de vie des patients (difficultés de scolarité, loisirs perturbés, métiers interdits) et causer une dépression. Dans ce cas, la personne épileptique peut nécessiter une prise en charge rééducative (ergothérapie, psychomotricité, orthophonie).